Logo de l'association
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5












Multi d'Automne, le récit!

Saint-Malo : 5ième étape de la TriSpeedCup 2010

C’est dans la cadre de la Multi-Malo d’automne que s’est déroulée cette nouvelle rencontre de la TriSpeedCup.

Rencontre, et pas seulement régate : Voilà le mot qui résume le mieux l’esprit de la TSC ; après  deux mois d’interruption, nous étions heureux de nous rencontrer à nouveau, nous, les aficionados de la formule, ou les intermittents, ceux qui composent avec la distance et les contraintes professionnelles.

Et enfin rencontre avec les « ptits nouveaux », nombreux lors de ce rendez-vous automnal, ce qui laisse présager un avenir radieux à notre association !

C’est donc Samedi 25 que la troupe s’est retrouvée au complet au port des bas-sablons :

Les magnums 21, toujours bien représentés, avec Trifentus, Gwennili, Vertuchou, Baby-blue, et Magnum.

Les Astus, avec le 22 Gwenojenn et les 20 Chicamour, Mosquito, Gwenca.

Les Tricat avec les deux 25 Flam’n go et Zoubenelgenoubi, le 23 Tribal, et Hamam, un 22 sport.

Et enfin les Weta qui font une entrée en force avec Trimousig, Trielo, et Sidérant.

Soient 16 participants de la TSC qui rejoignent une dizaine de bateaux de l’AMM, l’Association des Multicoques Malouins, courants pour le trophée de l’AMH. Du beau monde, avec des catamarans et trimarans pour la plupart de plus de 10m.

Les formalités d’inscription faites, Jean-François Daron, en maître de cérémonie, nous fait un briefing météo : Pour ce matin, 20 nœuds réguliers de Nord-Nord Est, une mer agitée avec une houle à 2m, mais une accalmie prévue pour l’après-midi.

Les équipages se forment, et quelques bateaux restent à quai, histoire de renforcer les équipages pour affronter la baie de St-Malo qui fait le gros dos.

Les Weta, pour leur part, choisissent une séance d’entrainement sur la Rance. Ils rejoindront le reste de la troupe le lendemain.

11h. C’est à l’embouchure de la Rance, justement, que le départ est donné, pour une première boucle qui nous emmène à la Platte, à la Haie de la Conchée puis arrivée à Solidor après avoir contourné la bouée d’atterrage. Un parcours d’une douzaine de miles en ligne directe. Si le départ se déroule calmement avec « seulement » 15 bateaux, la houle cueille la flottille aux alentours des crapauds.

11h- Le départ - Le calme relatif sur la ligne de départ est trompeur


Astus 22 trispeedcup Saint Malo 2010 départ de régate

La suprématie des « gros » se dessine déjà ; un Caribou de 40 pieds supporte mieux le clapot qu’un tri de 20 pieds ! A bord de ces derniers, c’est la douche assurée.

1h30 pour les premiers, près de 3h pour les derniers.

Le mouillage à l’abri de Solidor permet aux équipages de se refaire une santé.

Nouveau départ dans l’après-midi, pour un aller et retour aux Létruns. A l’abri de la cité corsaire, le vent semble se calmer et les skippers envoient toute la toile. Mais une fois débordée l’embouchure, le vent est là et bien là. Plus de 25 nœuds dans les claques, et toujours cette mer agitée malgré la marée basse ; le jusant y est sans doute pour quelque chose. Et c’est reparti pour la douche !

Mais le bord de retour au portant est particulièrement jouissif ! Les flotteurs fument dans la plume. Et en 1h et quelques, la boucle est bouclée. Nos petits engins s’en sortent décidément très bien dans ces conditions. Retour des équipages et de leur monture au port des bas-sablons (Parking  au catway gratuit !) pour un pot bien mérité : les traits sont tirés, les combis détrempés, mais les sourires sont béats !

La soirée et le dîner en commun à l’auberge de jeunesse de Paramé permettent à chacun de raconter sa journée ; après une dernière bière en front de mer, chacun apprécie le confortable couchage, gage d’une nuit réparatrice.

8h30 le Dimanche.

Jean-François nous confirme l’accalmie du vent ; en conséquence, ce sont 18 multis, grand-voiles hautes, qui virevoltent autour de la ligne. Sous un ciel particulièrement couvert, ils s’élancent pour un premier louvoyage vers les Grelots puis direction plein ouest vers le Petit Pot pour un bord de débridé qui s’apparente à un speed test. Puis encore du louvoyage vers la bouée d’atterrage dans un vent soutenu et une mer toujours hachée. L’arrivée sera donnée entre les Buharats après un court bord de portant. 1h15’ pour plus de 15 miles pour DireStrait, un Ksena 99, 1h30 pour le premier Weta : ça pulse encore aujourd’hui !

Nouveau proverbe Malouin : « à l’automne, pour la Multi, bosses de ris, et cirés sont de sortie »


Astus 22 trispeedcup Saint Malo 2010 retour de régate

Encore une petite manche pour clore cette Multi-Malo entre Buharats, Atterrage et arrivée à Cézembre, histoire de s’amuser encore un peu et retour au port par le grand chenal.

Le Comité nous avait invité à un pique-nique commun au mouillage à l’abri de Cézembre, mais les équipages, trempés et pas très réchauffés ont préféré les pontons, pour profiter du soleil qui arrive enfin et faire sécher les garde-robes avant la cérémonie de remise des prix.

Après la douche salée, le confort des pontons des Bas-Sablons

Au bilan, une participation importante et un succès de la TSC qui ne se dément pas :

Sur les 25 bateaux classés, 15 appartiennent à la « classe » TSC. Comme toujours, les équipages n’hésitent pas à parcourir de nombreux km ; ils savent à l’avance qu’ils ne seront pas déçus ! Ce chiffre est désormais notre standard en termes de participation. Le classement final de la saison 2010 fera sans doute apparaître plus de 35 classés.

Ensuite, on remarquera que malgré des conditions relativement « velues » (Surtout par l’état de la mer), nos petits oiseaux résistent bien à ce genre de traitement : une drisse cassée, et quelques « infiltrations » dans le fond des coques. Au final, ce sont plutôt nos HB qui ont apprécié diversement la douche d’eau salée.

Enfin, des équipages enthousiastes ; pour beaucoup d’entre nous, habitués à des sorties en famille, sur lac, etc, il est toujours enrichissant de se frotter à des conditions différentes de celles rencontrées lors des sorties estivales et d’apprendre des autres. On aura pu noter également la convivialité et le bon esprit des équipages pourtant concurrents, qui n’hésitent jamais à se prêter main forte et se mélanger dans les cockpits pour tester d’autres canots.

Même avec des conditions viriles, les participants n’hésitent à tout envoyer. Ici un Tricat25 avec un équipage renforcé.

Rendez-vous est donc pris pour le week-end de la Toussaint à Moisson-Lavacourt, où nous sommes attendus par nos Astusiens Eric et Philippe, pour un final sans aucun doute festif avec cette année, cerise sur le gâteau,  un podium provisoire très serré, même si Laurent et son Weta sont favoris sur ce plan d’eau.

Laisser une réponse